« J ‘ai rencontré un écran »: Histoire de « Jeu » ou de « Je » ? »

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La notion de virtualité était déjà introduite par Aristote où, il l’oppose à l’être, qui s’exprime en acte dans le réel…

Une autre définition serait : la « simulation », le « jeu improbable », la « mise en scène »
En regard de ces deux significations, voici quelques exemples :

Mme A :
« Je sais que je plais, c’est plus fort que moi…je suis consciente de mes actes…mais j’ai besoin de me sentir désirée…je fais donc des rencontres virtuelles avec des hommes, et quand j’ai ce que je veux, j’arrête les communications…je leur évoque mon intimité avec mon mari…Je pense que ça me fait du bien mais je souffre …»

Mr B :
« Je suis plutôt beau…en quelques mois j’ai fait 39 rencontres sur internet…j’utilise face book..Au moins je n’ai pas à payer comme Meetic…il fallait que je me fasse plaisir… »

Image d’une société ou s’exacerbe le strass et les paillettes, le rêve, le virtuel, le sexuel…et pourtant qui témoigne de tellement de souffrances parfois :

- Carences affectives durant l’ enfance
- blessures de la vie en tout genre
- déceptions amoureuses ou le deuil ne s’est pas fait
- besoin d’être aimé, d’être entendu, reconnu
-etc…

La rencontre internet, c’est parfois une photo…Serait-elle vraiment choisie au hasard ?
Nombre d’adolescents n’ont même pas conscience de la suggestivité des photos exposées et ce que cela peut générer en termes d’éveil de la pulsion…
Y –aurait-il d’ailleurs que les adolescents ?

Par la suite, s’enchaine le « tchat »…, ces communications écrites où semblerait s’instaurer très rapidement une idéalisation qui fait naître un sentiment amoureux …
Sentiment amoureux en 24 - 48h ????…record à battre…

Que ferait-on des échanges de regard, du sourire, des expressions corporelles, du non verbal…qui expriment aussi la relation…

Dans ces communications virtuelles, aucune distance n’est prise par rapport à l’écrit….le mot posé est pris dans son « sens » premier, sans réaliser que derrière l’écran il peut il y avoir un(e) magnifique « acteur (trice)» qui se met en scène…

« Je me fais tout le temps avoir évoquait une femme suite à son 4ème échec sentimental en 3 mois… »
(Rencontre internet bien sûr !…)
« Une fois qu’ils ont eu ce qu’ils voulaient, ils me plantent… »
Histoire de vie, avec des carences affectives durant l’enfance… cette femme dira qu’elle ne se supporte pas seule et qu’elle a besoin d’amour »….
Lorsqu’elle accepte une prise en charge, elle est à bout… « J’en ai marre de reproduire toujours les mêmes choses… » Elle est alors en réanimation et vient de faire une tentative de suicide par ingestion médicamenteuse…

- Autre entretien :
« Comment peut on croire un homme qui dit être sérieux et authentique avec moi et qui, lorsque je me mets en lien avec lui sur face book « allume » toutes les filles avec qui il est « amis »…pourtant je me suis tellement attachée !! »
(Devrait-on s’attacher à quelqu’un ??)

- Un homme partageait : « de toute façon ce qui attire les femmes c’est la carte « GOLD », les repas aux restaurants, mon statut social…je me suis fait des plans « culs » sur internet comme j’ai voulu…
Par la suite il dira…aucune ne me convient, j’ai un désir d’être père…je ne trouve pas la femme que je souhaiterais…j’aurai tout pour être heureux, je ne donne aucun « sens » à ma vie »….

- Mlle E, mannequin :
« On est pris pour de la « merde », soit belle et tais –toi, on a besoin que de ta gueule et de ton cul »…j’ai ce même sentiment quand je fais des rencontres internet…seul mon « cul » compte…je voudrais tant mourir… »

Il n’existe plus d’intériorité chez les jeunes….il en va de même chez de nombreux adultes…
Il faut tout, tout de suite et ce, même dans la relation amoureuse qui se construirait dans l’immédiateté d’un passage à l’acte sexuel… accru par certaines situations virtuelles…

La chanteuse Jenifer Bartoli (gagnante de la Star Ac) a chanté :

“Donne-moi le temps…

D’avancer comme je le ressens

…Y a pas d’amour sans patience

D’histoire sans y croire

Pas d’amour sans le vouloir

Si je sais que tu m’attends
….
Tant de gens se cherchent

Se désirent, se suivent et se perdent

Donnons-nous la peine

De se découvrir, se connaître… »

Société du déballage !!!!…

- Qu’en est-il du temps de prendre le temps…de se connaître surtout via le net…

- Qu’en est-il de cette intériorité…ou le « sens » d’une existence ne se ferait parfois uniquement dans la « jouissance »…

- Combien de personnes aujourd’hui peuvent mettre des mots sur une émotion, sur un ressenti, sur une histoire de vie ?

C’est en ce sens que l’on peut s’interroger sur le fait de savoir si ce type de « relations » se posent en terme de « jeu » ou de « je »…

- « Jeu » dont certaines personnes ont entièrement conscience et ou d’autres agissent dans le cadre d’un fonctionnement, ou d’un déni complet de leurs actes ou de leurs écrits…

« J’ai arrêté d’aller dans les clubs échangistes me disait une femme…ces pratiques là pour moi son terminées…. »
Elle avait encore tous les contacts, films tournés, et mails des personnes avec qui elle avait fait ses exhibitions sexuelles …
Elle continuait, en outre, les communications internet avec ces mêmes personnes…

Cas typique, qui étaye cette discordance entre des mots qui sont dits, et des actes qui démontrent le contraire…

Loin de condamner ou de diaboliser ce type de rencontre….ne faudrait-il pas s’interroger sur l’essence même de la rencontre ?…rencontre de l’altérité dans tout ce qui l’anime.

Le quotidien du couple n’est pas uniquement dans le « rêve », le « virtuel »…il est aussi dans un réel d’une vie avec ses joies, ses peines et son lot de souffrances…les enfants à s’occuper, le ménage à faire, le repassage, le linge et la vaisselle à laver, les courses …les conflits et crises à gérer… et ce, quelque soit la catégorie socio professionnelle à laquelle la personne appartient…

L’important avant de « sur-jouer » les relations à autrui, (souvent d’ailleurs dans le but d’une valorisation personnelle), ne serait-il pas d’abord, de pouvoir aller à sa propre rencontre ?…pour mieux se connaître et ensuite mieux découvrir et connaître l’autre…. »

- Faut-il en avoir conscience ?
- Faut-il en avoir le désir ?
- Faut-il vouloir s’affronter et affronter ses peurs ?

Il n’est jamais trop tard dans une existence pour se poser certaines questions sur soi : ses fonctionnements, ses mots, ses émotions, ses actes dans les rapports aux autres…en somme la question du « JE »…

Ces questions passent par l’intériorité, l’introspection…les remises en question…

En somme, s’interroger sur cette intériorité, ne serait ce pas le moyen pour la personne de se sentir plus libre d’exister, non pas en regard d’autrui ou d’une image qu’elle pourrait renvoyer, mais en regard d’elle même en tant que sujet pensant, et acteur du REEL de sa propre existence ?

Nicolas SAJUS©

Doctorant - Chercheur

Psychanalyste - Conseiller conjugal et familial - Sexologue

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>