De Don Juan … « au donjuanisme »

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le personnage mythique, se découvre dans un fait divers rapporté dans la chronique de Séville.
Il n’est pas fictif. Don Juan a bien existé, mais avec plusieurs déclinaisons de noms derrière.
Officiellement, il va naître au XVIIe siècle par une pièce d’un moine espagnol : frère Gabriel plus connu sous le nom de Tirso de Molina.

Il s’agit d’un jeune noble accompagné de son fidèle valet Sganarelle, qui cumule les conquêtes amoureuses. Seule la séduction l’intéresse.
Une seule femme lui donnera « du fil à retordre », Done Elvire, qu’il enlèvera du couvent, afin de l’épouser, puis l’abandonnera.

Aujourd’hui on attribuerait cette notion à « un coureur de jupon» qui erre de femmes en femmes…

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, dont Juan n’aime pas les femmes. Il les séduit en regard d’une carence narcissique (défaillance de l’estime de soi), afin de « s’en nourrir», et ce, pour mieux exister.

Ainsi, dans son approche, il va utiliser les mêmes profils: des âmes charitables, femmes sensibles…

J’évoquerai ici la notion de perversion et de manipulation dans la relation à la femme où, en fait, il va faire souffrir, dans une manière indigne d’abuser d’elles.

Aussi, à l’instar de Done Elvire, il va les « jeter », pour en retrouver une autre…

Ce que l’on retrouve dans le « donjuanisme » n’est pas l’amour d’un homme pour une femme, mais justement la haine qu’il cultive pour ces dernières, et ce, en regard d’une enfance sans doute difficile.

Don Juan a un mépris profond de la femme.

Ce qui intéresse le Don Juan, ce n’est pas tant la femme, mais le nombre de conquêtes qu’il va réaliser.

Pour être très concret, l’exemple typique montré à la télévision, il y a quelque temps se trouve dans la saison 2 de « secret story », où le dénommé John David, se targue de déclarer : « j’ai 780 conquêtes à mon tableau de chasse. »

Au-delà d’une dimension médiatique et d’une éventuelle part de mythomanie, il me semble important de resituer cette citation dans le « donjuanisme » et en regard d’un contexte psychopathologique qui peut concerner aussi bien l’homme que la femme.

Dans la fierté de pouvoir le dire de manière publique et médiatique, je dirais que ce type de message traduit une grande souffrance intérieure dont le déni est complet, car la personnalité se trouve dans du clivage.

Aussi je souhaiterais vous évoquer Mr. A et de Mlle B, que je reçois en consultation individuelle mais sur le même questionnement :

Bien qu’ayant l’un et l’autre des histoires purement singulières, on peut retrouver des points communs quant à leur rapport à la séduction.
Tous deux sont venus dans un contexte d’effondrement dépressif, car il est bien évident que de prime abord, ce type de personnalité, ne va pas chez « le psy. »

Tous deux ont cumulé une trentaine de partenaires dans l’espace de 6 à 8 ans.
Sachant que chaque partenaire, était trompé.
Il pouvait y avoir entre 3 et 5 relations en même temps.

Je relèverais simplement les mots qui m’ont été donnés pour concrétiser « l’enjeu » dans la personne.

Toutes les deux ont dit :« Je savais que je faisais du mal, je savais que je détruisais des personnes, je ne les aimais pas, mais j’avais besoin de ça pour exister. »

Le « Donjuanisme » est le reflet même de notre société, fief de la jouissance, du « tout tout de suite », du paraître, de l’individualisme, de l’hédonisme, du machisme, du refus de vieillir.A cela s’ajoute bien sûr l’histoire de vie de la personne….

Les nouvelles rencontres essentiellement basées dans le virtuel, ne laissant plus de place au réel dans la relation, ne participent qu’à accroître ce type de comportements. (on s’autorise des écrits derrière un écran, que l’on n’oserait pas dans l’altérité.
En outre « jouer », mentir à l’autre…est bien plus simple

Aussi dans les années à venir, ce que l’on appelle la « perversion narcissique » va être sans doute une pathologie émergente et les blessés de l’amour (aussi bien hommes, que femmes) n’ont pas fini de croître, ceci fragilisant et repositionnant bien sûr la notion de couple…©

Nicolas Sajus

Doctorant -Chercheur

Psychanalyste
Conseiller conjugal et familial
Sexologue

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »